Tag-Archive for » inscription iufm «

sept
01

Lundi, 20h30 : Je rentre, épuisée, dégoûtée. Mais comment en est-on arrivé là ?

************** Flash-back ****************

8h : Je me lève, guillerette. Anéfé, fini le boulot, et aujourd’hui je m’inscris à l’IUFM, avec ma binôme.

11h30 : J’arrive chez elle, nous décidons de prendre sa voiture pour la journée, et d’aller manger avant de s’inscrire. Elle a rendez-vous à 13h30, moi à 15h.

12h : Alors que je suis en plein dans mes carbonara-parmesan (béni soit le Mezzo di Pasta), je reçois un coup de fil de l’IUFM : blablabla gros problèmes informatiques, blabla venez vendredi à 14h. Sous le choc, je réponds « oui d’accord« .

12h02 : Prise de conscience : ils vont continuer les inscriptions mardi, mercredi et jeudi, en arrivant vendredi, il n’y aura plus de places à Strasbourg, je serai affectée à Colmar. PAS MOYEN, j’ai bossé dur pour être assez bien classée et avoir le choix. La binôme n’a pas été appelée, nous en déduisons qu’ils ne sont pas dans l’impossibilité de travailler, mais qu’ils ont seulement pris du retard, et je suis prête à attendre mon tour.

13h30 : Arrivée à l’IUFM. Les rendez-vous de 11h30 sont en train de passer. Explication de la dame : un seul serveur a été prévu par l’université pour les inscriptions. Or, comme tout le monde s’inscrit en même temps, ça saute trèèès régulièrement. Je mens comme une arracheuse de dents en disant que je travaille vendredi, que je me suis déplacée de loin pour venir, que j’ai pris un jour de congé exprès, et que je suis prête à attendre aussi longtemps qu’il le faut. D’accord, je serai inscrite à la fin.

Je tiens à signaler que les dames du service admission ont été très gentilles, très arrangeantes, pas du tout dans le cliché de la secrétaire de fac qui t’envoie chier. Elles étaient aussi embêtées que nous, et faisaient tout leur possible. Le problème, c’est que leur possible, c’est pas grand chose, nous verrons cela plus loin.

15h : La binôme est inscrite, elle doit maintenant faire son « pass campus ». C’est une carte à puce trop kikoolol qui fait carte d’étudiant, carte de tram, de train, de resto U. Pour la faire, faut se faire prendre en photo par une webcam, puis le fichier de la photo est imprimé sur la carte, qui est créee par une machine. Cette machine ne marche pas, elle non plus.

16h : La machine remarche, mais cette fois, les serveurs ont sauté très fort, impossible de continuer les inscriptions. Pendant tout ce temps, ni moi ni ma copine n’osons aller faire des courses, de peur que ça remarche et qu’on loupe le coche.

17h : On se fait chier dans un IUFM quand même.

17h30 : Le serveur ne redémarre plus. Ca fait 2h qu’il reste 5 personnes à inscrire. Et là, éclair fulgurant chez les secrétaires : elles vont prendre nos dossiers papier, et nous inscrire informatiquement dès que ça remarchera. Ca c’est de l’idée quand même. On se demande pourquoi elles l’ont pas eue plus tôt. J’entre dans le bureau, et là, je comprends.

17h31 : La secrétaire me repose TOUTES les questions du formulaire que j’ai DÉJÀ rempli. Elle bavarde à moitié avec sa collègue « on a qu’à leur demander une photo pour le pass campus – oui mais comment on fera ? – ben on la scanne – oui mais on a pas de scanner » (on note l’équipement high-tech). Elle me répète des trucs que je sais déjà : Vous n’avez jamais été inscrite à l’Université de Strasbourg, hein ? – Si (comme c’est marqué sur l’attestation de licence que tu viens de lire, et comme c’est précisé partout dans le dossier dont tu viens de vérifier chaque point avec moi) – Ah, alors la carte culture elle est payante – Je sais (c’est la cinquième année que je la paye, je suis au courant) – C’est 6€50 – Je sais (c’est marqué en gros à côté de la case « carte culture » à cocher) – Parce qu’elle est gratuite à la première inscription, mais là vous avez déjà été inscrite, alors vous devez la payer – Je sais.

Suite à ça, est venue l’étape délicate des frais d’inscription. J’ai pris la carte culture, mais pas la carte sport. Nous avons une feuille avec tout récapitulé. Au lieu d’additionner les montants (inscription+carte culture+sécu), il a fallu qu’elle coche devant chaque chose que je prends, qu’elle marque « NON » à côté de chaque chose que je ne prends pas, puis « Corriiiiiiine, la grille des droits d’inscriptiooooon, elle est oùùùù ? » (la nana, ça doit être sa 100ème inscription de la journée, mais elle connaît toujours pas les montants par coeur) La grille était à côté d’elle. Au lieu de me dicter le montant, elle a du le marquer sur la feuille remplie de croix et de NON, puis m’a tendue la feuille. Ouf, on y arrive.

Et là, dans le silence nécessaire à ma concentration pour rédiger le chèque, j’entends la voix de Ginette « olala, tu as déjà fini, tu vas viiiiite« . Rire étouffé.

17h46 : Je sors de l’IUFM, sans ma carte pass campus (il faut le certificat de scolarité, édité par l’ordi après la saisie impossible du dossier because les serveurs ont sauté). Je vais avoir le droit, le jour de la rentrée, de faire la file avec tous les gens dans le même cas que moi (compter 1h, donc), en espérant que ce jour-là, la machine marche. La binôme propose d’aller acheter des bouquins à la FNAC.

18h31 : Sortie de la FNAC, délestée de 130 euros et lestée de kilos de livres. La binôme me demande si je veux bien l’accompagner à Ikea (je rappelle que je suis tributaire de sa voiture), juste pour chercher une facade de porte de cuisine et des pieds de bureau. Bon, ok. Sauf que pour la facade, faut faire la queue, qu’on trouve pas les pieds de bureau dans les rayons à la fin, etc. On rentre chez elle, je récupère ma voiture, je rentre chez moi.

20h30 : Je rentre, épuisée, dégoûtée

Fuck la fac, fuck le con qui n’a acheté qu’un seul serveur, fuck les secrétaires qui ont bossé toute la journée mais tellement doucement que j’ai failli leur dire « laissez, je vais le faire moi-même, ça ira plus vite », fuck fuck fuck.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Popularity: 4% [?]

Catégorie : Relou  Tags: ,  13 commentaires